Enfin!

C’est comme si des petits miracles se produisaient. Comme si on pouvait, enfin, non seulement percevoir une petite lueur au bout du tunnel sombre, mais même maintenant, sentir la chaleur de cette lumière. C’est tellement…..enfin!

Je n’oublierai jamais la douleur, la peur, l’angoisse, l’adrénaline, l’impuissance, le désespoir, l’épuisement physique et psychologique, cette rage de se battre et de vivre, cette boule qui vous empêche de respirer, les sursauts causé par le téléphone : « et si c’était… » Je n’oublierai jamais cette solitude qui vous brûle de l’intérieur, ces blessures et ces cicatrices seront toujours présente. Je n’oublierai jamais ma Rose. Jamais. [je ne pensais pas verser tant de larme en venant écrire qu'on allait bien...]

Alys progresse de façon incroyable et tout à fait inattendue. Elle a une détermination à faire frémir la muraille de Chine et soulever les océans. Chaque fois que l’on regarde Alys, on se dit : « Si Alys arrive à faire ça, nous on doit se donner un coup de pied au derrière et on a aucune raison d’abandonner quoi que ce soit! » On travail fort, c’est un travail d’équipe. Elle a aussi un modèle de stimulation à tout les niveaux, une soeur fière des exploits de sa petite fleur, mais aussi des siens. Nous sommes absolument comblés, avec une ouverture sur le coeur encore fragile.

Pour la première fois depuis les deux dernières années, et probablement dans toute ma vie, j’ai le sentiment de savoir où je vais. J’ai fait des choix difficiles, mais pour lesquels je me dit personnellement merci. Ma famille et moi arrivons carrément à un carrefour et avons le choix de ce que nous voulons pour les prochaines années. Le choix. C’est tout ce qui compte; choisir. On fait sa vie, on croit qu’on a pas le choix, mais c’est faux. Il faut seulement parfois un peu plus de temps pour le comprendre. Je suis satisfaite des miens, même si rien n’est parfait.

En juillet de cette année ce sera un peu étrange. On fêtera les deux ans d’Alys avec un parcours du combattant et d’une championne olympique, cela fera un an que Rose est décédée (et je ne sais trop encore comment l’affronter), et je serai sur le point de réaliser un rêve de type professionnel. Même si le retour au travail n’était pas prévu, c’est disons un entre-deux en plusieurs étapes au gré des besoins d’Alys.

Des semaines diversifiées en émotions s’en viennent, mais je sais qu’elle est toujours là et qu’après avoir pris un temps de repos parmi les anges, Rose s’est mise à contribution pour nous assurer un avenir plus serein.  Merci…

 

Leave a Reply

 

See also: