C’est ma fille

Elle a bel et bien existé.

J’ai changé ses couches, mouché son nez, je l’ai lavé maintes et maintes fois, je lui ai fait des tonnes de couettes sur le dessus de la tête, je lui achetais et lui mettais de beaux vêtements, je lui ais fait des cadeaux, je l’embrassais, la faisais rire, la caressais, la berçais, j’étais parfois présente à son réveil, parfois je la bordais. J’ai pris des centaines de photos et de vidéos.

Comme n’importe quelle mère quoi.

Juste pour la voir, la toucher, l’embrasser; j’ai fait plus de 36 000 km. Pour elle j’ai partagé avec l’homme de ma vie des déchirements et des émotions indescriptibles. Grâce à elle, j’ai appris une foule de chose sur le corps humain, la médecine et la vie.

Je l’ai porté, je l’ai sentie bouger en moi. Je l’aimais assez pour l’écouter, assez pour la laisser mourir dans mes bras. Mais trop pour ne plus pouvoir la prendre contre mon coeur.

Ce n’était pas un enfant du tiers monde que je parrainais. Ce n’était pas un chiot. Ce n’était pas moins mon enfant car elle n’habitait pas ici avec nous.

Elle s’appel Rose, c’est ma fille, mon bébé.

Moi je sais qui elle était. Et je l’aimerai toujours autant que ses soeurs.

Leave a Reply

 

See also: