Quand Rose est avec Alys

Toutes les journées qui passent, toutes les personnes que je rencontre ou avec lesquelles je discute chaque jour alimentent mes réflexions et, sans le savoir, me permettent de cheminer dans mon double deuil d’enfants décédé-handicapé. Tout le monde le sait, il y a toujours pire et moins pire que nous. Mais en fait, peut-être que tout le monde est égal si l’on compare vraiment les situations en tenant compte de la vie complète d’un humain de sa naissance à sa mort. En prenant la vie entière d’une personne par comparaison à la nôtre, oui à un moment nous sommes sur des planètes différentes, mais au bout du compte on ne changerait probablement pas ce que l’on a pour ce que l’on a pas. Personne ne peut être dans les souliers de personne, c’est ce qui fait que les situations se discutent mais ne se jugent pas.

On peut, bien sûr, voir chaque événement de notre vie de deux façons. Je suis très chanceuse qu’Alys soit en vie aujourd’hui et que, malgré son handicap, elle arrive a nous offrir  de beaux moments où nous pouvons presque dire que nous sommes des parents normaux, avec deux enfants normaux. Parce que oui, elle aurait pu être plus lourdement handicapée. Bien sûr, notre route pour arriver à ces moments a été cauchemardesque (et encore) et le prix à payer est inqualifiable. Il y a inévitablement des journées où j’échangerais ma vie volontiers, mais dans les faits j’en doute. Jamais je ne sentirai le besoin de justifier à quel prix j’aurais gardé ma Rose, j’aurais volontiers payé très cher parce que ça aurait toujours été moins cher que maintenant.

Malheureusement, dans mon deuil je n’avais pas envisagé réaliser à quel point Alys demanderait d’investissement de ma part. Et dans ma lucidité ça me permet aussi de voir ce que ça aurait été…en double. C’est un fait, mais ça ne signifie pas pour autant que son départ soit un soulagement, bien au contraire. Le départ de Rose est un soulagement pour les gens qui croient savoir et qui s’inquiètent d’abord pour nous. C’est un soulagement pour ceux qui ne l’ont que peu connue en face à face ou qui l’imaginaient couchée dans son lit 24/24 à baver et fixer le plafond! Tellement pas, hein ma Rose! Comme pour Alys, ton éveil impressionnait tous les spécialistes. Rose c’était une merveille du monde, un trésor jalousement gardé à l’abri des regards. Seuls quelques chanceux pouvaient l’admirer et puiser en elle des images qui marquent à vie.

Rose avait ce tempérament bouillant, fonceur, contradictoire, impatient(!). Elle rebondissait d’une situation de façon désarmante, elle aimait profondément la vie. Rose aimait dire aux médecins « Ah ouin! attache ta tuque, tu vas voir! ». Alys, à l’opposé sur quelques points, était mon chaton un peu paresseux, elle ne demandait rien et attendait patiemment, elle a toujours été moins sensible que Rose au mêmes manipulations médicales, très curieuse et attentive. Il y a à peine plus d’un an, Alys s’endormait sur 10 ml de lait alors que Rose enfilait 60 ml en 3 minutes! Alys dormait tout le temps, Rose avait les yeux ronds comme des billes et, déjà, elle engueulait le personnel…Alys a pleuré pour demander pour la première fois vers 6 mois de vie. Mais sur un point elles sont identiques; aimer la vie et ne rien attendre de demain, profiter seulement de maintenant.

Le 29 juin, lors d’un rendez-vous de suivi du développement d’Alys, on m’a dit que ce serait long avant qu’elle puisse s’asseoir et le reste…ben… Un mois plus tard, Rose est décédée emportant avec elle sa personnalité unique sans doute forgée au travers ces mois entre le paradis et l’enfer. J’ai réalisé qu’après le départ de Rose, Alys a littéralement fait des bonds de géants. Dans les dernières semaines, je l’ai trouvée beaucoup plus fonceuse. Si en juin dernier quelqu’un m’avait dit qu’aujourd’hui elle se traînerait sur les fesses pour aller faire des mauvais coups! J’ai sentie Rose l’autre soir en berçant Alys, et encore deux ou trois fois depuis. Je vois Alys faire des gestes ou avoir des comportements qui me font carrément sursauter tellement elle me fait penser à Rose, ou ce que je devine aurait été bien à elle. On peut croire ou non de ce que deviennent les âmes, mais j’ai réellement le sentiment que Rose est ici et partage le corps de sa sœur. C’est Rose qui donne un coup de pouce à Alys pour dire « Vous allez voir! » Ça me bouleverse beaucoup, autant que ça puisse être réconfortant.

Avant le soir où j’ai « bercé Rose » dans le corps d’Alys, jamais je ne berçais Alys pour l’endormir le soir. Maintenant, je le fais tous les soirs en m’accordant l’espoir qu’Alys puisse tenir debout sur ses jambes. Et quand je chante « dodo tite tite tite maman », c’est aussi pour Rose…

One Response to “Quand Rose est avec Alys”

  1. Martine Simard dit :

    Magnifique, j’adore tellement te lire !

    Je crois tout comme toi et bien des gens, que le corps physique n’est que le véhicule emprunter par notre âme pour une certain temps. Je crois aussi que Rose étant Jumelle identique, partage une partie de son âme avec celle de Alys. Elle vous dit, je suis toujours là vous ne me voyez pas, mais vous pouvez me sentir ! :O) Alys et Rose on partager, partagent et partageront toujours un liens spéciales et unique au jumeaux/jumelles identiques …..

    Prend soin de toi et de ta douce Alys !

    Maman Martine

Leave a Reply

 

See also: