Mon cadeau de mes enfants

J’ai toujours pensé qu’on ne changeait pas les gens. Que notre nature profonde ne changeait pas vraiment, peu importe notre âge ou nos expériences. Je le pense encore, mais avec beaucoup plus de nuances. Demain, 30 ans. Une date qui ne me fait ni chaud ni froid par mes temps qui courent. Sauf de me rappeler que ma vie a pris un tournant inexpliqué. Me rappeler que nos vies sont profondément blessantes, marquantes, cicatrisantes.

Je porte sur Alys des yeux à la fois émerveillés et gorgés d’inquiétudes. Tels les yeux que je portais sur Rose. Ces mêmes yeux que j’avais pour Élisyane, mais pour des inquiétudes qui m’apparaissent maintenant banales. Puis, quelques inquiétudes qui voient le jour seulement maintenant, quand je constate ses cicatrices d’enfance à elle. Je comprends alors que nous sommes des parents portés par leurs expériences et leur environnement. Je n’ai pas changé, je suis la même maman d’il y a 7 ans. J’ai imprégné, contre ma volonté, les bases des inquiétudes qu’elles auront à leur tour. J’ai découvert en moi des trésors insoupçonnés, mais le cœur de mon amour, de ma fierté, de mes ambitions pour l’une ou l’autre de mes filles n’a jamais changé.

Bien que tardivement, Élisyane a été un coup de fouet dans ma vie, dans ma maladie. Rose m’a amenée sur des chemins que je n’aurais jamais explorés, jamais osés, jamais désiré expérimenter. Alys me permet de garder les pieds sur terre, d’alléger un peu mes souffrances et mon deuil. Elles ont changé le cours de ma destinée, mais je n’ai pas changé. Elles ont réveillé en moi des maux nécessaires, des sentiments incroyablement positifs. Elles m’ont permis de prendre conscience de ma vie. C’est le plus beau cadeau que j’ai reçu…prendre conscience de sa vie et se permettre d’y avoir accès à nouveau. C’est ce que j’aurai reçu dans ma vingtaine. Maintenant, que la vie continue et m’apporte autant de lucidité.

Leave a Reply

 

See also: